LA CUISINE DE NOS RÊVES

Quand nous nous sommes lancés dans ce projet un peu fou de rénovation, un des objectifs importants, était d’avoir une grande cuisine, fonctionnelle et chaleureuse. Un lieu où mijoter de bons petits plats, mais aussi, un lieu de partage, de conversations qui se terminent tard dans la nuit, de moments en famille. La cuisine, devait être au cœur de la maison, la pièce maitresse de notre nouveau chez nous. On la rêvait pratique et remplie de rangements. Mais surtout, on rêvait d’une cuisine spacieuse. J’ai mis beaucoup de temps avant de partager avec vous cet avant/après, j’espère qu’il vous sera utile dans vos futurs projets, ou que tout simplement, qu’il vous servira à vous évader de votre quotidien, le temps de quelques lignes…

L'IMPLANTATION

Nous n’avons pas touché aux espaces qui étaient déjà implanté dans la maison. La pièce, cette grange avec une hauteur sous plafond de plus de 5 mètres, avait 2 niveaux, que nous avons gardé. En revanche, sur une partie de la cuisine, nous avons rajouté une mezzanine, pour gagner en superficie, une quinzaine de mètres. Un espace qui était à la base destiné à être mon bureau, qui finalement est devenu un lieu de repos et de jeux, pour toute la famille. Mais ça, je vous en reparlerais dans un autre article à venir.

Il s’agissait donc d’une cuisine ouverte sur la partie salon, ainsi que l’escalier pour accéder à l’étage. Elle serait vraiment au centre de la maison, comme nous l’avions imaginé. Avec 2 accès directs à l’extérieur, l’un d’entre eux, pourrait même faire office d’entrée, en fonction de la saison.

Arnaud étant Chef Pâtissier, il souhaitait un grand plan de travail. Nous sommes donc partis sur 2 modules parallèles. D’un côté, uniquement des meubles bas, sur une longueur de presque 6 mètres et d’un autre, des armoires allant du sol au plafond, avec frigo et congélateur intégrés, pour ne pas avoir d’électroménagers à la vue.

Pour les plans et le choix de l’implantation, nous avons fait appel aux services de Margaux Basseville, architecte d’intérieur, avec une expertise dans le domaine des cuisines.

 

LE CHOIX DES MATÉRIAUX ET DES COULEURS

Étant une pièce imposante et ouverte sur l’ensemble de la maison, nous voulions une cuisine minimaliste, avec des lignes épurées. Mais surtout, fonctionnelle, pour ne pas avoir de tout partout et ranger en un coup de main. Le temps est précieux et il faut l’optimiser ! Une cuisine organisée rapidement, c’est un gain de temps énorme. Pour cela, nous avons conçu des rangements simples et astucieux, de manière à pouvoir cacher tous ces objets du quotidien qui polluent l’ambiance visuellement et qui peuvent vite donner un aspect de panique et désordre.

Pour les coloris, nous avons opté pour des teintes claires. Étant donné que la mezzanine en métal noir, serait déjà á elle-même un élément lourd, il fallait aérer l’espace avec des coloris doux et lumineux. Des matériaux bruts et neutres, permettraient aussi de meubler et décorer le reste des pièces attenantes plus facilement. Nous avons choisi de combiner du bois avec un plan de travail blanc marbré.

LES FAÇADES

Pour débuter avec la structure de notre projet de cuisine, nous avons commandé tous les caissons chez le fabricant suédois le plus connu du monde ! Pour les façades par contre, pas de suédois, nous avons choisi du contreplaqué bouleau. Il s’agit d’un bois clair, très résistant et polyvalent. Avec toutes les côtes, nous avons calculé chaque élément, pour pouvoir déterminer la quantité de panneaux dont nous aurions besoin. Après ce calcul, le menuisier nous a fait toutes les découpes et une fois à la maison, il a fallu ajuster et façonner chaque élément, pour un résultat parfait (merci Papa). Pour le traitement, nous avons appliqué une cire incolore. Malgré tout, le bois a quand même pris une couleur jaunâtre que nous n’avions pas contemplé à la base, mais qui finalement, se marie très bien avec le reste (de toute façon, pas le choix !). Pour les poignées, nous les avons achetées en Espagne. Elles font quasiment toute la largeur de chaque porte ou tiroir et elles sont en acier mat, pour faire un rappel aux électroménagers.

LE PLAN DE TRAVAIL

Ici, nous n’avions aucun doute sur la finition et l’aspect du plan de travail : un plan de travail résistant et lisse (pour Arnaud) avec un effet marbré en coloris blanc (pour moi). Le marbre, étant un matériel très fragile et poreux, il n’était pas du tout adapté à nos besoins. Mais chez Cosentino, -groupe espagnol, leader en fabrication et commercialisation de surfaces- nous avons découvert le Dekton. Un matériau totalement novateur, mélange de porcelaine, verre et quartz. Des surfaces ultra compactes, qui offrent des caractéristiques techniques exceptionnelles, très résistantes aux rayures, à la chaleur, au froid, non poreux et très hygiénique, ce qui permet un entretient ultra facile et pratique.

Nous avons choisi le coloris Dekton Stonika Olimpo en 20mm d’épaisseur. Pour laisser place à la peinture sur les murs, nous avons opté pour une crédence de 25 cm, moins imposante que les mesures standards, qui se situent entre 50 et 80 cm.

Quelques conseils pratiques.

Le choix du plan de travail est un élément hyper important dans une cuisine. Je conseille vraiment de miser sur la qualité, la durée de vie et la performance, plutôt que sur le prix. Bien sûr, il est vrai que les budgets ne sont pas extensibles, mais savoir identifier ce qui va rester longtemps et qui sera beaucoup plus difficile de changer plus tard, permet de faire une économie dans le temps. Le Dekton, est un produit d’une grande qualité et très résistant. Vous pouvez retrouver tous les revendeurs sur leur site et rencontrer un commercial qui vous conseillera plus en détails sur les performances du produit. Ensuite, il faut commander les tranches et les faire couper par un marbrier, qui vous fera aussi la pause. De mon côté, cela s’est passé un peu différemment, car mon oncle est marbrier en Espagne. Donc nous avons fait venir les tranches, directement de l’usine à son atelier. Il nous a fait la découpe (c’est un produit très fragile, il faut que le professionnel est le bon matériel pour faire les découpes) et par la suite, mon père qui est cuisiniste, nous a fait la pause.

Nous avons choisi un évier en acier mat chez Ikea, sans égouttoir. Je conseille vraiment cette formule. Un grand évier qui permet d’avoir un peu de vaisselle sale, mais qui ne se voit pas pour autant. Ne pas avoir d’égouttoir, permet de ne pas avoir de la vaisselle sur le plan de travail et d’accumuler.

LE SOL

Dans notre cuisine, il y a deux accès au jardin. Il nous fallait un sol peu salissant et résistant aux aller-retour, jardin-maison, maison-jardin. Nous avons fait faire un devis pour faire couler un béton ciré, qui nous a hérisser les poils (hahaha). Donc nous avons pris l’option pour les portemonnaies plus maigres et nous avons fait couler une chape anhydrite, que nous avons ensuite poncée, déminéralisée et pour finir, protégée avec un vernis.

LES RANGEMENTS

Sur toute la partie des meubles bas, nous avons privilégié les tiroirs. Il y a 10 tiroirs de différentes mesures, avec 5 tiroirs plus étroits, à l’intérieur des tiroirs. Oui oui oui, des tiroirs, des tiroirs, des tiroirs !!! C’est largement, le plus pratique niveau rangement. Tellement facile d’ouvrir un tiroir et de voir en un coup d’œil tout son contenu ! Beaucoup plus pratique qu’un placard, où le bordel s’installe très vite et pour aller chercher quelque chose au fond du placard, il faut carrément tout vider. Bref, des tiroirs !! Des tiroirs pour les couverts, pour les casseroles, pour les épices, pour les produits de nettoyage, pour les assiettes, les verres et même pour stocker les aliments. Ils sont à la portée des enfants, ce qui invite à l’autonomie et à participer au rangement. Plus d’excuses pour collaborer !!

Un des rangements que j’avais repéré sur Pinterest, c’est le placard avec une tablette extensible et des prises, pour ranger le pain, la bouilloire, le grille-pain… et ne plus les avoir sur le plan de travail !! Pour ce placard, nous avons acheté les charnières de la porte qui s’ouvre vers le haut, sur internet et pour les guides, tout simplement nous avons utilisé des guides de tiroir d’Ikea. Il a fallu le prévoir bien en avance, pour l’installation électrique.

Un autre rangement utile, le petit tiroir vertical pour l’huile, le vinaigre, le poivre… C’est tout bête, mais c’est hyper pratique. Dans ma cuisine superbement idéale, j’aurais aimé rajouter des guides dans mon placard vertical, pour en faire un tiroir géant. Mais faute de budget, nous avons mis un simple placard. Un autre petit élément bien utile, c’est le tiroir à épice. Ça pour le coup, c’est un simple accessoire trouvé chez Ikea et c’est super pour avoir toutes ses épices à portée de main et toujours bien rangées.

LES ÉLECTROMÉNAGERS

Cette partie, est une partie cruciale. Il ne faut pas hésiter à s’équiper correctement, avec de bons électroménagers. Réfléchir aussi à ses besoins et son utilité. Plaque à induction ? À gaz ? Piano ? Est-ce que j’ai besoin d’une hotte ? Un micro-onde ? Un four ? Quel tipe de four ? Dans notre cas et en vue de notre projet autour de la création culinaire et gourmande, il nous fallait un équipement presque semi-professionnel. Nous avons tout choisi chez Smeg. Dans notre panier il y avait : un microonde (utile en pâtisserie pour Arnaud), un four mixte à vapeur et chaleur tournante, un piano avec un deuxième four de 90 cm, équipé d’un tournebroche (utile pour faire rôtir son poulet !), un congélateur vertical, frigo, lave-vaisselle et hotte, indispensable pour nous, surtout dans une cuisine ouverte à quasiment toutes pièces de la maison. Je ne suis pas hyper fan du modèle hotte TV, mais c’était le seul modèle qui s’adapter au système que nous avions installé, pour une histoire d’hauteur (je ne sais trop quoi). Par contre, elle hyper silencieuse et aucune odeur lui échappe !

LA PEINTURE

La touche finale, c’est la peinture. Quel coloris choisir ? Encore une question qui va vous demander une longue réflexion ! Nous avions prévu du blanc. D’ailleurs, elle est restée en blanc pendant quelques semaines. Finalement, nous avons opté par une couleur plus soutenue, qui a apporté à la pièce plus de chaleur et qui met bien en valeur le plan de travail. Cela aussi nous a permis de bien délimiter les espaces et dans toute cette ampleur de superficie, de faire quelque chose de plus cosy. Nous sommes partis sur le coloris Sauge de Zolpan. Pour ce choix, nous avons été accompagnés par l’équipe de la boutique de Lyon. Ils ont su nous donner les clés pour choisir ce qui nous correspondait le mieux. Nous décrire à la perfection ce que chaque couleur peut apporter aux espaces en fonction de leur utilisation. Je vous conseille vivement de prendre le temps de les rencontrer, si vous avez un projet de peinture. Ils sont exceptionnels niveau conseils en couleur et performance de leurs produits.

 

AMEUBLEMENT ET LUMINAIRES

La partie la plus fun, c’est quand on commence à penser à la déco. Enfin la récompense après tous ces mois de travaux et de casse-tête ! L’ameublement dans cette pièce ne demandait pas énormément d’objets. Il nous fallait juste une table, mais pas n’importe laquelle. Pour casser le côté plus moderne et minimaliste de la cuisine, nous voulions une grande table rustique. Nous avons chiné un énorme plateau de 3.50 m sur Leboncoin, qui était vendu avec des tréteaux d’une patine bleu vieilli, très beaux. Mais ils prenaient beaucoup de place, donc nous les avons changés par des pieds en métal noir de chez Tiptoe, que nous avons renforcé avec une barre, pour éviter le balancement de la table.

Pour les luminaires, pour Arnaud c’était important d’avoir un plan de travail bien illuminé pour travailler confortablement. Nous avons choisi 3 appliques murales, en noir, avec un design simple de la marque Anglepoise, trouvées chez Lightonline.

Au-dessus de la table, nous avons récupéré 2 lampes industrielles d’une ancienne usine du coin.

 

LE BUDGET

Aaaaaah… le sujet qui pique !! Le budget, malheureusement, c’est toujours le moteur de nos choix, à moins d’avoir un compte en banque bien garnis (ce qui n’est pas notre cas) ! Nous avons eu la chance de compter sur l’aide précieuse de mon Papa, artisan cuisiniste touche à tout !! Cela nous a fait faire d’énormes économies ! Donc, je vais vous donner les coûts des matériaux, sans compter les artisans qui pourraient intervenir.

Structure meubles Ikea, sans la pose : 2200 €
Façades en bouleau, avec la découpe : 1700 €
Plan de travail Dekton, avec la découpe sans la pose : 2500 €
Électroménagers Smeg : 7500 €
Sol en chape anhydrite pour une surface de 60 m2 : 3800 €
Peinture Zolpan couleur Sauge satin : entre 25 et 30 € le litre, nous avons eu besoin de 3 L
Électricité : nous même

 

AVANT / APRÈS

Pour finir, je partage avec vous quelques photos de l’avant, car c’est toujours impressionnant de voir d’où l’on est parti, surtout une fois que les travaux sont finis. Je vous assure, avec le recul, je me dis qu’on était complètement barjo. Il y a certainement eu une grande partie d’inconscience, car je pense que si l’on avait su ce qui nous attendait, on aurait certainement eu peur. Mais on y a cru, on a su voir le potentiel (je me demande encore comment !!) et on a foncé dedans. Arnaud s’est énormément investit physiquement, il a vraiment mis les mains dans le cambouis avec mon père. Ils ont bossé comme des malades pendant des mois, pour que l’on soit installés au plus vite et que l’on soit bien. Moi de mon côté, j’avançais sur les rendez-vous avec les artisans, j’essayais de définir les emplacements de chaque choses à l’avance. Prises électriques, position des luminaires, des meubles et des électroménagers. Je partageais toutes mes idées et mes envies, bien en amont, afin d’avoir le minimum de surprises à la fin. Les échanges de mails avec le commercial du Dekton, les commandes de peinture, etc… Cette partie demande moins d’effort physique, mais elle est toute aussi importante dans l’avancement des travaux. Nous avons fait une belle équipe ! Il y a eu des moments de stress, des moments de joie, de fatigue, mais à la fin, nous y sommes arrivés !!! Alors courage à vous tous qui vous lancez dans les travaux ! Dites-vous bien, qu’il y a une fin à tout et que la fierté que l’on ressent quand tout est fini, elle n’a pas de prix !

 

Lois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je ne sais pas combien d’heures tu as mis pour rédiger cet article mais bravo bravo bravo, il est hyper complet, hyper inspirant et il me donne très envie d’acheter une maison juste pour en refaire la cuisine 😃

    1. Ça se compte en jours !!!!! Trois plombes pour faire les photos, retrouver les avant et faire toute la rédaction :)) Mais c’est super de garder une trace écrite de cet exploit ici ! Bisous Helena.

  2. Mais quel travail ….pour la cuisine et ce bel article !
    C’est superbe !! Vraiment ;-)
    On perçoit tout le travail de réflexion qui est si important dans une rénovation :-)
    et bravo à vos équipes ;-)

    1. merci beaucoup Isabelle ! Beaucoup de réflexion et malgré tout, je trouve encore pas mal d’amélioration… mais c’est déjà pas mal ! bises

  3. Super article.merci bcp
    Je ne connaissais pas ce type de sol pour replacer le béton ciré .
    Très bonne idée

      1. Et au niveau de la tenue dans le temps ? On est dans le même cas et j’ai bien envie de laisser la chape a nue avec juste un bouche pore et peut-être une peinture effet beton. Je ne sais pas dans la durée ce que ça peut donner.
        Comment as tu masqué les bandes périphériques ?