Le bon sens

frangin-frangine-ecole-famille-loismoreno

Ça y est ! Nous avons passé l’étape de l’adaptation ! OUF. Je pense sincèrement que c’est la première fois que nous vivons une rentrée aussi tumultueuse. D’ailleurs, je tiens vraiment à vous remercier, pour tous vos petits mots. Vos messages le matin, pour me demander comment ça c’était passé avec Simon. Merci pour tous vos témoignages et vos partages, j’ai pu vérifier que c’est un sujet sensible et que nous sommes plusieurs à souffrir les mêmes situations. Cela m’a réconforté et en même temps, cela m’a rendu un peu triste.

frangin-frangine-ecole-famille-loismoreno Je me suis fait plusieurs réflexions concernant l’éducation de nos enfants et le système éducatif. Les programmes de l’école, les maitresses, les atsems… Tous les effectifs qui sont mis à disposition pour que les enfants soient bien entourés. Honnêtement, au tout début, quand j’ai commencé à mettre mon nez dans ce petit monde, avec Zoé, je ne me posais pas trop de questions sur l’école.
frangin-frangine-ecole-famille-loismorenoSauf que plus les années passent et plus je me rends compte qu’il y a des choses qui me titillent vraiment. La plupart du temps, elles sont reliées aux relations humaines et surtout, aux règles à suivre. À toutes ces normes qui sont là pour nous signaler quand est-ce que l’enfant dépasse la ligne ou même nous les parents. Au fil des années, je trouve certaines attitudes méprisantes et complètement inutiles, qui n’aident ni l’enfant ni les parents.
frangin-frangine-ecole-famille-loismorenoJe ne suis ni pro Montessori, ni pro école privé, ni pro public, je suis pro du bon sens. Je n’aime pas les étiquettes et les « tiroirs ». J’aime bien me laisser le droit de changer d’avis et d’évoluer en fonction de la vie et des situations. Dans le cas de l’école, petit à petit, je me rapproche beaucoup des propos de Maria Montessori, surtout pour les plus petits. Mais en fait, loin d’être une doctrine, il s’agit de bon sens, tout simplement.

Si les personnes utilisaient le bon sens quand elles abordent un enfant. Si au lieu d’imposer des programmes déjà bien découpés et définis elles s’adaptaient au rythme de l’enfant et ses envies, en le laissant s’épanouir dans ce qui le passionne le plus, que ce soit du dessin, de la peinture, chanter, danser, jouer à la cuisine, ou je ne sais quoi d’autre. Si elles se donnaient le temps d’observer au lieu de s’acharner sur son planning du jour. Que pour un enfant, un câlin fait bien plus de bien qu’une longue explication du pourquoi du comment, que les mots souvent sont de trop et que les gestes en disent plus long… Je souhaite de tout coeur que l’éducation scolaire de nos enfants, soit plus dans l’encouragement et moins dans la sanction. Enfin, juste que les personnes qui travaillent avec des enfants, mettent plus à disposition leurs coeurs et un peu moins leur cerveau, carrés ou rectangulaires, bien pointus. Enfin, juste du bon sens quoi. 

Cet article n’a pas pour objectif de montrer du doigt. C’est sûr que quand il s’agit de nos enfants, nous sommes tous un peu plus viscérales. Mais je pense qu’il est bon de temps en temps de se remettre en question et de dire les choses. Même si parfois tout le monde n’est pas du même avis… Je me limite à utiliser cet espace pour vous écrire les sentiments qui m’ont accompagnés ces derniers jours.

Pour finir quand même sur une note positive, Simon entame sa troisième semaine d’école à temps partiel et il est super bien intégré. Il a prit ses marques, plus de pleurs ni de cris le matin… Il avait juste besoin d’un peu de temps, rien de bien sorcier pour un petit garçon de deux an et demi, non ? Et sinon, vous les voyez les trois loustics sur leur 31 ? Ils sont tous les trois vêtus de Frangin Frangine, une de mes marques préférés du moment. Allez savoir pourquoi… Sur Instagram je vous réserve une petite surprise. Vous venez voir ? Des bisous à toutes.

Boots Hugo
Boots Simon 
Boots Zoé 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *