La famille, c’est la vie !

shooting-famille-lyonMa famille à moi

La famille. Ce cocoon, qui nous réconforte et nous donne la gnaque pour continuer tous les jours. Les personnes qui forment ce cercle, sont liées à vie. Pour toujours, forever and ever. Même si on part loin, même si on coupe les ponts, même si on ne s’entend pas. Nous aurons toujours ce lien invisible et si fort à la fois. Ce lien, qui a un impact sur qui nous sommes et qui nous deviendrons. Même si vous la connaissez déjà, aujourd’hui, je vous parle la mienne. Celle que j’ai créé avec Arnaud et qui m’accompagnera jusqu’au dernier souffle…


La familia. Este núcleo, que nos da sosiego y nos reconforta. Las personas que forman parte de este círculo, están unidas para toda la vida. Para siempre, forever and ever. Incluso si nos vamos lejos, si cortamos las relaciones, si no nos llevamos bien. Siempre tendremos este lazo invisible y a la vez tan fuerte. Este lazo, que tiene un impacto sobre quiénes somos y quienes seremos. Incluso si ya la conocéis, hoy os hablaré de la mía. La que he creado junto a Arnaud y la que me acompañara hasta mi último soplo… 

shooting-famille-lyon shooting-famille-lyon C’est un sujet que j’ai déjà évoqué plusieurs fois par ici: l’importance de ces petites personnes. Celles qui viennent nous prénommées « maman » et « papa », qui changeront pour toujours nos vies et qui les rendront riches en émotions. C’est quand même fou de se dire que nous sommes unis pour la vie… Je pense que nous n’avons pas la même conscience du sujet, en tant que fille/fils de ses parents. Pourtant, c’est exactement le même lien. Mais, je ne sais pas pourquoi, devenir mère/père, nous remets en face de sujets qui ont toujours été là, mais que nous n’avons jamais questionné… Pendant plus ou moins une vingtaine d’années, nous cohabiterons ensemble sous le même toit. Un petit clan, avec les mêmes valeurs humaines, décidé à écrire notre histoire ensemble et entamé un tas de souvenirs…


Es un tema que ya he abordado por aquí: la importancia de estas personitas. Las que nos llaman « mamá » y « papa », que cambiaran para siempre nuestras vidas y las harán increíblemente emocionantes. Es de locos de pensar que estamos unidos de por vida… Pienso que cuando estamos en la posición de hijo/hija, no tenemos la misma percepción. Aunque sea exactamente lo mismo que nos une. Pero, no sé porqué, convertirse en madre/padre, nos hace pensar en temas que siempre han estado ahí, pero que nunca hemos cuestionado… Durante más o menos unos 20 años, compartiremos techo. Un pequeño clan, con los mismos valores humanos, decididos a escribir nuestra historia juntos y acumular un montón de recuerdos… 2016-09-21_0002 shooting-famille-lyon Ce dire que je suis maman de trois enfants, ça me fait toujours bizarre. Je ne réalise pas vraiment. Et puis soudain, il y a une photo. Je les vois les trois et je me dis… Waaaw, c’est à nous tout ce petit monde ! Ça donnerait presque le vertige. Si je reviens 15 ans en arrière, on m’entendrait dire : « ah non, non, non… moi je n’aurais pas d’enfants avant mes 35 ans! », « des enfants, moi ? euuu… ouiii… plus tard… on verra! ». Bon, eh bien à quasi 38 ans, j’ai 3 enfants dont une ainée de 8 ans. Comme quoi, ne dire jamais « jamais », chez moi, prend à tout son sens !


Pensar que soy madre de tres niños, aún se me hace raro. Todavía no soy consciente creo. Y de repente, una foto. Los veo los tres juntos y pienso… Waaaw, todo este mundillo, es nuestro ! Casi me da vértigo. Si me voy 15 años atrás, me escucharíais decir: « ah no, no, no… Yo no tendré niños, hasta al menos los 35 años ! » « niños yo ?? bueno, bueno… con la calma! ». Pues mira, con casi 38, tengo 3 hijos, y la mayor con 8 años. Conmigo, el dicho « de esta agua no beberé », cobra todo su sentido !
shooting-famille-lyonshooting-famille-lyonTout naturellement, Arnaud est arrivé et il a chamboulé tous mes plans. Un enfant avant ses 30 ans, Zoé est arrivée. Un deuxième un peu plus tard, Hugo était là et pourquoi pas un troisième ? Coucou mon petit Simon. Je reconnais aujourd’hui, que je suis heureuse de ne pas être restée sur mes idées. Finalement, c’est super comme ça et je suis fière de ma petite tribu ! Bien que j’aie hâte de retrouver un peu plus de liberté. Parce que oui, je ne suis pas uniquement maman. Je suis assez indépendante et des fois, je rêve de retrouver un peu mon espace à moi, ma bulle. Mais comme on dit, quand on aime, on ne compte pas. Alors, je savoure cette stressante et à la fois douce période, car sans aucun doute, c’est la plus belle aventure humaine que je n’ai jamais vécue.


Y con toda la naturalidad del mundo, conocí a Arnaud y cambió todos mis planes. Un niños antes de los 30 y llego Zoe. Un segundo más tarde, llegó Hugo y porque no un tercero ? Hola Simón ! Reconozco que hoy, soy súper feliz de no haberme quedado encabezonada en mis ideas. Finalmente, es genial así y me siento súper orgullosa de mi pequeña tribu ! Aunque esto no quite, que ya tengo ganas de tener un poco más de libertad. Porque sí, no soy única y exclusivamente madre. Soy bastante independiente y a menudo sueño con volver a tener un poquito de espacio sólo para mí, una burbujita. Pero cómo se suele decir, « sarna con gusto no pica », así que que intento disfrutar de esta fase estresante y a la vez dulce, porque sin lugar a dudas, es la aventura humana más increíble de toda mi vida. 

Retrouvez les jolies marinières, chez Envie de fraise et plein de belles nouveautés pour toute la famille. 

Merci Ksenia pour les jolies photos

2 Comments

  1. Sit 29 septembre, 2016

    Bravo pour cette belle famille ! Tes mots me parlent, à moi qui ai presque ton âge et seulement deux enfants : 2 ans 3/4 et 7 mois, c’est du travail, des pics d’adrénaline, des doutes, des larmes parfois mais aussi tant d’émerveillements, d’étonnements, de remises en cause à la fois douloureuses et heureuses… Beaucoup de fierté aussi, non pas sur le mode « c’est moi qui l’ai fait », mais « je fais comme je peux et ça va aller ».
    Je te comprends aussi carrément pour l’aspiration à plus d’indépendance et de solitude. Mais ça va venir ! Même si ça ne sera plus jamais pareil.
    C’est dingue, quand même, ce lien de dépendance qu’on se crée, après avoir eu tant de peine (enfin plus ou moins) à quitter nos parents ! Et pourtant on en redemande !
    Merci pour ton blog que je lis discrètement mais très régulièrement.

    Répondre
    • ilovequeencharlotte 30 septembre, 2016

      merci à toi du fond du coeur. je me reconnais aussi dans tes mots… gros bisous

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *